4126, rue St-Denis, Montréal, Québec  H2W 2M5 • Tél. : (514) 598-5533 • Téléc. : (514) 598-5283 • coalition@cqct.qc.ca

Communiqué de presse

Cliquez ici pour version PDF

 

Pour diffusion immédiate

Journée mondiale sans tabac (31 mai)
Médecins, victimes du tabac et groupes de santé réclament l’action immédiate du ministre de la Santé : « À quand, précisément, une révision de la Loi sur le tabac? »


Montréal, le 28 mai 2012 —
À l’aube de la Journée mondiale sans tabac de l’Organisation mondiale de la santé, le jeudi 31 mai, un regroupement de médecins, de victimes du tabac et d’organismes de santé réclament du ministre de la Santé un engagement formel à l’égard de son échéancier pour la révision de la Loi sur le tabac. « Quel est, en termes précis et concrets, votre échéancier pour la révision de la Loi sur le tabac? » a demandé Flory Doucas, porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, au nom de tous les participants d’une conférence de presse qui a eu lieu ce matin à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Malgré les progrès notables au cours des 15 dernières années, le taux de tabagisme stagne depuis 2005, ayant diminué de seulement 1,1 % en 5 ans[1]. « Un taux de 23 % de fumeurs dans la population est catastrophique et inacceptable. Comment réagiraient la population, les médias et le gouvernement si on traitait ainsi la H1N1 ou le VIH? Pourtant, le tabac est plus mortel que ces maladies : un fumeur régulier sur deux meurt prématurément du tabagisme. »

Grâce à leur témoignage personnel, plusieurs victimes du tabac ont rappelé au gouvernement que le tabagisme continue d'infliger tous les jours des souffrances inimaginables à des milliers de Québécois, dont 10 400 en décèdent prématurément chaque année. Micheline Bélanger est l'une des très rares victimes qui a survécu au cancer du poumon, bien qu'elle souffre présentement d’emphysème. Elle s’est adressée directement au ministre Yves Bolduc : « J’ai commencé à fumer à 12 ans. Pendant plus de 45 ans, j’ai été esclave du tabac 24 heures sur 24. J'ai déboursé jusqu'à 400$ par mois pour détruire mes poumons au profit d'Imperial Tobacco. Il m’a fallu un cancer du poumon pour que je brise mon esclavage mortel. L’industrie du tabac envoie ses clients à la potence allègrement, et en toute connaissance de cause. J’ai une magnifique petite-fille de 12 ans. Elle s’appelle Ella. Je veux qu’elle soit protégée des griffes de l’industrie du tabac. Dr Bolduc, vous êtes ministre de la santé. Prouvez-le à mes enfants, à mes petits-enfants, et aux vôtres. »

D’autres victimes du tabac ont également raconté leur histoire, afin de mettre un visage humain sur les statistiques. Christian Gaumond a raconté comment le tabagisme a fauché trop tôt la vie de nombreux membres de sa famille, à la suite de maladies cardiaques et de cancers. Lui-même souffre d’emphysème. Il a finalement réussi à arrêter de fumer parce qu’il « était en train de mourir debout. » Pour sa part, Richard Godbout, un ex-fumeur récent qui a survécu à plusieurs maladies du cœur, a relaté que « ce produit diabolique affecte aussi de nombreux proches des victimes du tabac, comme mes enfants et leurs futurs enfants, » qui ont perdu leur mère au cancer du poumon. « Personne ne mérite une mort aussi cruelle et douloureuse. » Enfin, Michèle Masson a expliqué à quel point il est difficile de briser la dépendance à la nicotine, même pour une personne des plus déterminées.

Pour sa part, le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention au Centre Épic, Institut de Cardiologie de Montréal, souligne que : « le tabac cause un tiers de tous les décès par maladies cardiovasculaires, dont les infarctus, la mort subite, et les AVC. C’est particulièrement vrai chez les jeunes fumeurs de moins de 50 ans qui ont 4 à 6 fois plus de risque de subir un AVC ou un infarctus. Le tabac a aussi une influence marquée sur les autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, comme l’hypertension, le cholestérol élevé et le diabète, en doublant leur effet néfaste. »

À la Société canadienne du cancer – Division du Québec, le porte-parole André Beaulieu enchaîne : « Le tabac tue plus que les accidents de la route, le sida, la drogue, l’alcool, les incendies, les meurtres et les suicides... réunis. Peut-on nier que c'est là notre principal problème de santé? Comment peut-on tolérer que l’industrie du tabac soit en train de recruter toute une nouvelle génération de jeunes fumeurs? »

Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé, souligne que plus de 100 000 adolescents fument au Québec et que l’âge moyen d’initiation à la cigarette chez les élèves québécois est de 12,7 ans. « Comme société, faisons-nous tout ce que nous pouvons pour empêcher que les jeunes d’aujourd’hui ne commencent à fumer? De toute évidence, NON! Et cela nous amène tout naturellement à parler de la responsabilité du gouvernement de protéger les jeunes d’aujourd’hui et de demain contre les nouvelles stratégies de marketing des compagnies de tabac, dont l’aromatisation du tabac aux saveurs de fruits et de friandises. De plus, le Québec est la seule province à ne pas avoir adopté une loi pour protéger les jeunes contre l’exposition à la fumée secondaire dans les voitures. »

Alain Roy, directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec, dont la campagne « De Facto » dans les écoles secondaires, les cégeps et les universités dénonce le comportement manipulateur de l’industrie, ajoute qu’il est aberrant de voir la gamme de nouveaux emballages multicolores et sophistiqués qui normalisent encore le tabac. « L’industrie emballe ses produits mortels dans des contenants qui épousent la forme de gadgets électroniques prisés des jeunes comme les iPod et les BlackBerry. Dernièrement, on a vu apparaître sur le marché des paquets de cigarettes qui ressemblent à des boitiers de cosmétiques de luxe. Il est temps pour le Québec de suivre l’exemple de l’Australie et d’imposer aux compagnies de tabac un emballage standardisé qui reflète la dangerosité du tabac : finis les slogans, les logos et l’imagerie de marques conçus pour séduire les jeunes et rassurer les fumeurs. »

Mécanisme de révision ignoré

Les groupes de santé rappellent qu’il existe un mécanisme dans la loi actuelle dont le but est d’inciter le ministre de la Santé à réviser la loi périodiquement. L’article 77 oblige le ministre à déposer un « rapport au gouvernement sur la mise en œuvre de la présente loi » dont l'esprit, selon le Dr Jean Rochon, ancien ministre de la Santé et des Services sociaux et auteur de la Loi sur le tabac, « était qu'une période de cinq ans d'application… sera une bonne période pour revoir la loi. »[2] C’est ainsi qu’en 2005, le premier rapport de mise en œuvre a servi de tremplin au ministre Philippe Couillard pour renforcer la Loi sur le tabac. L’article 77 a été reconduit avec comme date-butoir le 1er octobre 2010. Or, à l’automne 2010, un rapport a bien été déposé par le ministre Yves Bolduc mais aucun processus n’a été entamé en vue de réviser la loi.

Mesures réclamées dans le cadre d'une révision de la Loi sur le tabac :

1-     l’interdiction des saveurs dans tous les produits du tabac;
2-     un moratoire sur tout nouveau produit du tabac;
3-     l’emballage standardisé et neutre;
4-     l’interdiction de fumer dans les autos en présence d’enfants.

Faits saillants :

•     Le tabac est la première cause évitable de décès dans le monde aujourd’hui.[3]
•     Le tabac tue jusqu’à la moitié de ses consommateurs.
[4]
•     Le taux de tabagisme au Québec est de 23,3 % de la population générale (12 ans et plus, 2010).
[5]
•     Le taux de tabagisme au Québec n’a guère changé depuis 2005, diminuant de seulement 1,1 % en 5 ans.
[6]
•     Selon les plus récentes statistiques, le taux de tabagisme (cigarettes et cigares) chez les élèves du secondaire est de 22 %. Plus du quart (25,6 %) des élèves en cinquième année du secondaire consomment les petits cigares aromatisés — produits qui sont plus populaires chez les jeunes que les cigarettes.
[7]
•     Au Québec, l’âge moyen d’initiation au tabagisme chez les élèves du secondaire est de 12,7 ans.
[8]
•     L’industrie parvient toujours à recruter 30 000 nouveaux jeunes fumeurs chaque année.
[9]
•     Trois quarts (76%) des élèves québécois qui fument des cigarettes consomment des cigarettes légales plutôt que celles provenant des réserves amérindiennes. (De plus, 70% d’entre eux préfèrent une marque fabriquée par les trois grands cigarettiers du Canada.)
[10]

Étaient présents à la conférence de presse :

1.     André Beaulieu, porte-parole, Société canadienne du cancer — division du Québec
2.     Micheline Bélanger, ancienne fumeuse récente souffrant d’emphysème et survivante d’un cancer du poumon
3.     Mario Bujold, directeur, Conseil québécois sur le tabac et la santé
4.     François Damphousse, directeur du Bureau du Québec, Association pour les droits des non-fumeurs
5.     Flory Doucas, codirectrice et porte-parole, Coalition québécoise pour le contrôle du tabac
6.     Christian Gaumond, ancien fumeur récent souffrant d’emphysème
7.     Richard Godbout, ancien fumeur récent souffrant de maladies du cœur qui a perdu de nombreux proches à la cigarette
8.     Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention, Centre Épic, Institut de Cardiologie de Montréal
9.     Michèle Masson, ex-fumeuse (3 mois) après 16 tentatives
10.   Alain Roy, directeur général, Réseau du sport étudiant du Québec


- 30 -

Pour plus d'informations:
Flory Doucas, codirectrice et porte-parole : 514-598-5533 ; cell. : 514-515-6780.


Fondée en 1996, la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac représente plus de 450 organisations québécoises — associations médicales, ordres professionnels, municipalités, hôpitaux, écoles, commissions scolaires, etc. — qui appuient une série de mesures destinées à réduire le tabagisme et ses conséquences. Ses principaux objectifs incluent prévenir l’initiation au tabagisme, favoriser l’abandon, protéger les non-fumeurs contre la fumée secondaire et obtenir un cadre législatif qui reflète la nature néfaste et toxicomanogène du tabac.

 
   

1- http://cqct.qc.ca/Documents_docs/DOCU_2011/STAT_11_00_00_CANSIM_105_0501_FumeursQuebec_TauxEtNombre_2003_2010.pdf

2- Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Dr Jean Rochon, débats parlementaires, 10 juin 1998. http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/cas-35-2/journal-debats/CAS-980610.html .

3- http://www.who.int/tobacco/mpower/package/fr/index.html

4- http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs339/fr/index.html

5- Statistique Canada, 2011. « Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes - Composante annuelle (ESCC) », tableau 105-0501: Profil d'indicateurs de la santé, estimations annuelles, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, provinces, territoires, régions sociosanitaires (limites de 2007) et groupes de régions homologues, occasionnel, 2010. (Variable : fume actuellement, tous les jours ou à l'occasion). http://www5.statcan.gc.ca/cansim/a05?id=1050501&lang=fra ; http://cqct.qc.ca/Documents_docs/DOCU_2011/STAT_11_00_00_CANSIM_105_0501_FumeursQuebec_TauxEtNombre_2003_2010.pdf

6- Statistique Canada, 2011. « Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes - Composante annuelle (ESCC) », tableau 105-0501: Profil d'indicateurs de la santé, estimations annuelles, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, provinces, territoires, régions sociosanitaires (limites de 2007) et groupes de régions homologues, occasionnel, 2010. (Variable : fume actuellement, tous les jours ou à l'occasion). http://www5.statcan.gc.ca/cansim/a05?id=1050501&lang=fra ; http://cqct.qc.ca/Documents_docs/DOCU_2011/STAT_11_00_00_CANSIM_105_0501_FumeursQuebec_TauxEtNombre_2003_2010.pdf

7- Institut de la statistique du Québec. « Enquête québécoise sur le tabac, l'alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2008 ». http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/sante/pdf2009/Tabac_alcool2008c3.pdf

8- Institut de la Statistique du Québec, « Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2008 », page 52. http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/sante/tabac_alcool.htm  

9- Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, « Calcul du nombre de nouveaux fumeurs », novembre 2010. http://cqct.qc.ca/Documents_docs/DOCU_2010/STAT_10_11_26_CalculsNombreNouveauxJeunesFumeursQc.pdf

10- Coalition québécoise pour le contrôle du tabac. « Les jeunes préfèrent les marques légales », 2 octobre 2011. http://cqct.qc.ca/Documents_docs/DOCU_2011/DOCU_11_10_02_MarquesCigarettesDesJeunes_Legal_vs_contrebande.pdf