819 rue Roy Est, Montréal, QC H2L 1E4; tél.: (514) 598-5533; télécopieur : (514) 598-5283; courriel : coalition@cqct.qc.ca 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

LE MARDI 4 MARS 2003
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Discours du pdg d’Imperial Tobacco sur ses stratégies de marketing:

LES GROUPES DE SANTÉ DÉNONCENT LES JUSTIFICATIONS DE L’INDUSTRIE AINSI QUE LA COMMANDITE DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC


Montréal, le 4 mars 2003 – « Il m’est impossible d’imaginer comment on peut associer ‘succès’ et ‘stratégies de marketing’ lorsqu’on parle d’un produit qui tue la moitié de ses consommateurs » fulmine Louis Gauvin, porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac en réaction au discours de Robert Bexon, président et chef de la direction d’Imperial Tobacco, qu’il a livré ce midi à l’Hôtel Ritz-Carlton lors d’un dîner organisé par l’Association de Marketing de Montréal.

« On dirait que monsieur Bexon oublie que ses produits tuent lorsque utilisés exactement selon l’intention du fabricant » poursuit Louis Brisson, directeur général de l’Association pulmonaire du Québec. « Mais nous, nous connaissons trop bien les conséquences du marketing d’Imperial Tobacco et des autres fabricants de tabac : le cancer du poumon, l’emphysème, la bronchite et d’autres maladies respiratoires chroniques. »

En effet, selon la publicité de l’événement, M. Bexon se vantera d'avoir fait augmenter de plus de 50 % la part de marché de sa compagnie au cours des 20 dernières années. « Un bel exemple de réussite, mise à part une aberration majeure : le 71 % du marché canadien de cigarettes que détient maintenant Imperial Tobacco se traduit par la responsabilité pour la majorité des décès de 45 000 Canadiens qui mourront cette année de maladies causées par le tabac, » précise Mario Bujold, directeur général de du Conseil québécois sur le tabac et la santé. « Il est aussi irresponsable qu’immoral de parler de ‘succès’ lorsqu’on évoque l’ampleur de la plus importante cause de maladies et de décès évitables dans notre société. Pour nous, le seul ‘succès’ possible dans le cadre de ce débat est la réduction de la consommation du tabac.»

Contrairement aux aveux publics d’Imperial Tobacco, les documents internes de cette compagnie démontrent qu’elle développe des stratégies de marketing pour augmenter le marché, c’est-à-dire pour recruter de nouveaux jeunes fumeurs (ce qui vient d’être confirmé dans un jugement de la Cour supérieure du Québec). Ce sont ces « stratégies de marketing créatives et efficaces » que M. Bexon a présenté à l’auditoire ce midi, bien qu’il l’a fait sous le prétexte qu’elles ne servent qu’à « amener les fumeurs adultes à choisir nos marques plutôt que celles de nos concurrents. » [*Voir recueil des citations des documents internes d’Imperial Tobacco compilées par la Coalition qui contredisent cette affirmation.]

« À la Société canadienne du cancer, nous travaillons quotidiennement avec des milliers de victimes du tabac et nous pouvons dire que cette conférence constitue un affront sans égal pour nos patients » ajoute Nicole Magnan, directrice générale de la Division du Québec de la Société canadienne du Cancer. « Nous croyons que l’Association marketing de Montréal a fait un choix tout à fait irresponsable et devrait s’excuser auprès des milliers de familles québécoises qui ont perdu un proche à cause des stratégies marketing de M. Bexon. »

Commandite du Gouvernement du Québec
Dans une lettre adressée la semaine dernière au ministre responsable de la lutte au tabac, M. Roger Bertrand, la Coalition et sept autres organisations ont demandé au Gouvernement du Québec de retirer sa commandite de cet événement et de faire une mise au point publique de façon à ce qu’il se dissocie de cette présentation. Les groupes rappelaient que « Le Gouvernement du Québec, par le biais de son ministère de la Santé et des Services Sociaux, investit des dizaines de millions de dollars chaque année afin d'alléger le lourd fardeau imposé aux Québécoises et aux Québécois par l'industrie du tabac. Les coûts économiques sont énormes, les pertes humaines, incalculables. Dans ce contexte, l'appui à cette conférence du ministère de l’Économie et des Finances, de l’Industrie et du Commerce, des Sciences et de la Technologie est pour le moins ironique. » En effet, selon M. Gauvin, « il est inadmissible que le Gouvernement finance d’une manière ou d’une autre une conférence qui mettra en valeur les réussites marketing d’une industrie qui tue ».

Contrôles additionnels nécessaires
Au contraire, le Gouvernement devrait plutôt se concentrer sur le renforcement de la loi sur la promotion. Bien que la publicité de tabac de type « style de vie », y compris la commandite, sera interdite à partir du 1er octobre prochain, les groupes de santé s’entendent sur le fait que ce n’est pas assez pour empêcher les stratégies de marketing visant à recruter des nouveaux jeunes fumeurs. « On sait que l’industrie fera tout ce qu’elle peut pour survivre, et cela veut nécessairement dire recruter des nouveaux fumeurs pour remplacer ceux qui meurent ou qui réussissent à arrêter. Malgré la loi, il y a encore de nombreux véhicules et trucs publicitaires dont dispose l’industrie pour normaliser et rendre attrayant le tabac. Le gouvernement détient des pouvoirs réglementaires sur la promotion qui lui ont été conférés par la Loi sur le tabac pour cette raison précise. Nous attendons impatiemment que le gouvernement utilise ces pouvoirs pour exiger des avertissements de santé sur toutes les publicités permises — la norme à travers le monde! — et pour restreindre davantage la promotion directe et indirecte aux points de vente, dans les revues spécialisées, dans les journaux universitaires et dans les bars, » conclut Louis Gauvin.


                                                            -30-


 Information :
- Mario Bujold, directeur général, Conseil québécois sur le tabac et la santé, (514) 948-5317 # 22; (514) 830-8343 (cellulaire)
- Nicole Magnan, directrice générale, Société canadienne du cancer - division du Québec, (514) 255-5151
- Louis P. Brisson, directeur général, Association pulmonaire du Québec, (514) 287-7400 #229