Les parlementaires doivent se pencher à nouveau sur la loi qu’ils ont adoptée il y a 4 ans